TEMOIGNAGES

  • A Tôtout’Arts, j’évolue bien !

D’abord…c’était Conte-Gouttes ! et je m’y suis aventurée un soir, sur un entrefilet de La Provence, parce qu’on m’y invitait à venir chanter en toute convivialité. Sans savoir que c’était un des mots-clés qui allaient guider mon chemin. Il y eut d’abord la joie de vivre, de chanter, de partager dans un bain de notes plutôt africaines. Et du coup, voilà la suite, il y a eu le Burkina, et cet improbable festival Chorus. Partage de plus belle avec les autres chorales. Mais aussi un petit-déjeuner organisé par l’un d’entre nous,à la découverte des jeunes agriculteurs. Et aussi la rencontre avec de talentueux artistes inconnus en France. Et un projet solidarité est né, où je me suis impliquée avec élan. La découverte fulgurante d’une vie autre en Afrique. Et la venue des artistes, un bel octobre 2009 a changé ma vie. Accueil, chaleur, rires, émotion. De vrais talents, et très vite de vrais amis durables; et envie d’aller plus loin, d’aider là-bas, de m’y rendre utile.

Mais pas que ! Envie de suivre au plus près la vie de l’association, et donc engagement au conseil d’administration, puis au bureau, pour offrir mes compétences rédactionnelles dans la synthèse de réunion. Et toujours retrouver chaleur humaine, partage et rires dans des occasions variées, fêtes, rencontres, cuisine, expo, jamais neutres mais toujours teintées d’amitié. Plaisir de rencontrer des jeunes, des couples et parents dynamiques, ou d’actifs grands-parents comme moi.

Tôtout’Arts, c’est aller de l’avant, entreprendre, mixer talents et personnes ; c’est de la vie pure, avec plus de joies que de peines, -heureusement-, des soucis, des challenges à remporter, de belles rencontres – c’est devenu ma famille et mon cocon. Et je m’y sens mûrie comme une fraise gonflée au soleil !

 

  • « J’ai découvert Tôtout’Arts tout à fait par hasard. Je cherchais une activité pour occuper mes loisirs de retraité. J’ai non seulement trouvé un atelier, mais en plus la convivialité. Bien sûr il y a le café bavard, mais dans le bureau également, on vous accueille avec le sourire. Et finalement, j’ai fait de Tôtout’Arts ma résidence secondaire »

 

  • Une maman, habitante des Angles, nous contacte afin d’inventer pour son enfant une sensibilisation à l’Anglais. Elle même et d’autres parents sont à la recherche de cette activité pour environ 5 à 6 enfants de 5 à 8 ans. Elle s’était renseignée auprès d’un organisme privé mais le coût a stoppé le projet. On travaille ensemble la recherche d’un intervenant anglophone qui offrirait une approche très ludique de la langue.
     

 

  • Un petit groupe de mamans qui fréquentaient le Baobab se sont retrouvées au Café Bavard cet été. Actuellement elles expriment le besoin de sortir de chez elles. Elle prennent en charge le planning des activités Familles des vacances de la Toussaint. Ceci tout tant réalisant avec de la peinture, des plateaux de jeux de société sur les tables du Renc’Arts.
     

 

  • Une personne à la retraite et seule, passe un jour au centre. Au moment même ou le projet Nect’Arts commence à émerger. (projet de jardins partagés sur Villeneuve) Le projet lui tient très à cœur hors les circonstances font que ce dernier ne verra pas le jour. Cette personne est très déçue, elle avait fait plein de recherches…le centre récupère des gros bacs de bois, que l’on aménage en jardinière géante. La motivation revient, et elle se lance en passe régulièrement au Renc’Arts pour réfléchir à l’aménagement des bacs. Elle se procure tout le nécessaire : le grillage, les cailloux, met un message sur le SEL pour récupérer de la terre…Elle contacte ses anciennes connaissances de St Anthelme. Elle réalise les bacs et plante de petites pousses qu’elle a glané. Elle offre même une plante rampante qu’elle a acheté elle même…

 

  • Une autre personne est résidente d’un lieu de soins. Elle est sortie du cursus de soins mais  a rechuté un an après. Elle vient au Renc’Arts discuter et boire le café cela lui fait une raison de sortie. C’est une personne seule et très cultivée, qui fait connaissance avec l’association « questions pour un champion » hébergée par le Centre Social. Elle se prend au jeu et devient un élément important de cette association. Elle revient de temps en temps boire un café au Renc’Arts entre les tournois de « champion »

 

  • Je fais connaissance avec une dame qui était curieuse du concept Café Bavard. Maintenant elle y passe régulièrement. Elle est seule, et n’a plus de famille. Elle voudrait apprendre l’informatique, son ordinateur est tout neuf ; et à se servir de son téléphone portable mais selon elle, « on ne peut plus rien tirer d’une têtue comme elle ». Elle m’apporte son thé car le mien n’est pas bon, et vient régulièrement discuter. Le mardi et le jeudi ce sont ses raisons pour sortir du lit le matin…Je lui ai parlé du projet de transformer de simples tables en plateau de jeu, ça la sortira de chez elle et de ces soucis, comme elle dit, elle viendra au Renc’Arts.

 

  • Un structure de soins, qui s’occupe de personnes dépressives, prend contact par l’intermédiaire de ces résidents. Ils viennent au Café Bavard et me font part de leur angoisse à retourner dans la « vie normale ». Une infirmière coordinatrice monte un projet « Et Après ? » destinés aux  résidents guéris mais pas vraiment prêts à intégrer la vie extérieure. Le Centre Social peut avec eux servir d’intermédiaire, comme pour le « champion ». On se rencontre « officiellement » le 14 octobre, en attendant ils viennent au Café Bavard et préparent même le café !

Date de dernière mise à jour : 24/06/2015