Fonctionnement du SEL

solidaritefinal.jpg

Le Système d'Echange Local (S.E.L) n'est pas un lieu de troc traditionnel mais fonctionne différemment, grâce aux échanges multilatéraux ; ainsi Denis change un robinet chez Marie, qui prête sa tondeuse à Henri, qui fournit des salades de son jardin à Claire, qui emmène René à la gare, qui ... etc.

Pour permettre ces échanges multilatéraux, chaque S.E.L. utilise une monnaie fictive - virtuelle, qui permet de valoriser et d'enregistrer chaque échange.

Cette monnaie, sans relation ni équivalence avec la monnaie traditionnelle, est basée sur la reconnaissance de la valeur de chacun. La valeur de l'unité de base, même si son nom diffère d'un SEL à l'autre, est commune à tous les SEL. Une heure de service a la même valeur quelle que soit la personne qui la donne ou qui la reçoit. C'est une heure de vie d'un être humain accordée à un autre être humain.

Qui peut prétendre valoir plus ou moins qu'un autre ?

À la différence des services que l'on se rend de manière bilatérale, entre voisins ou entre amis, le SEL permet de s'acquitter de sa dette, non pas directement avec la personne qui nous a rendu le service, mais avec n'importe quel autre membre du SEL.

Le SEL fonctionne donc tout autant comme une mise en réseau des savoirs, des services possibles et des biens disponibles, que comme la nouvelle "place du village" où l'on prend des nouvelles des proches mais aussi où l'on se donne rendez vous, qui pour le coup de main à la toiture, qui pour garder le petit dernier ou aider le fils ou la fille de la voisine à réviser ses leçons d'anglais.

Le S.E.L également un lieu d'éducation où la (re)valorisation des individus ne passe pas par l'acquisition de biens ou d'argent mais par l'importance, rendue lisible, de leurs places au sein de la collectivité.

Les Objectifs


* faire prendre conscience de la dimension humaine existant derrière tous les échanges et de valoriser des savoirs et des savoir-faire mal reconnus.

* promouvoir des solidarités dans le cadre du développement local, grâce à des échanges multilatéraux de savoirs, de biens et de prestations de service de voisinage. Ces échanges seront effectués de gré à gré entre les adhérents de l’association, selon les demandes et les offres de chacun.

* organiser des rencontres et des animations afin de faciliter les échanges.* Mettre en place, coordonner, surveiller et assurer la réciprocité des échanges selon les règles qui seront définies par le Règlement Intérieur et sa Charte ainsi que d’étudier et mettre éventuellement en oeuvre toute autre initiative.

Le peson


L'unité d'échange du S.E.L de Tôtout'arts est appelée le "peson"

Cette unité est avant tout basée sur le temps : elle correspond à une minute de travail. L'échelle des valeurs n'est donc pas la même que dans le système marchand. On s'efforce de ne plus raisonner en Euros, mais en minute de travail. Une heure de ménage aura ainsi la même valeur qu'une heure de cours d'informatique.

Toutes les compétences au sein du S.E.L sont mises sur un pied d'égalité.

Ce principe est bien sur à adapter selon les circonstances :

- Certains échanges ne mobilisent pas la personne qui offre à 100 % ( ex : garde d'animaux, mise à disposition de matériel, etc. ). Dans ce cas il semble logique que le "taux horaire" soit sensiblement plus faible.

- Certains échanges nécessitent un temps de préparation. Le montant de l'échange devra tenir compte de ce temps supplémentaire.Les objets seront eux aussi évalués en peson, c'est à dire troqués contre des minutes de travail... Bien entendu, il y a une part importante d'arbitraire lorsque l'on évalue un objet en peson. Mais la valeur exacte des objets ( si tant est qu'elle existe !... ) n'a pas tellement d'importance pour le fonctionnement du S.E.L.

Le montant d'un échange n'est pas fixé par l'association, il résulte d'un accord entre les deux personnes qui échangent. Pour éviter tout malentendu, les personnes pourront se mettre d'accord avant d'effectuer l'échange. On est toujours libre d'accepter ou refuser un échange. Si un échange occasionne des frais ( matière première, carburant...), ceux-ci sont à la charge de la personne bénéficiant de l'échange. Par ailleurs, les transactions S.E.L sont en "peson" et non en argent.

Quels échanges


On peut échanger n'importe quel bien ou service.

Les thèmes d'échange sont très variés : bricolage, cours, nourriture, maison, informatique ... Les échanges peuvent être individuels ou collectifs ( ex : cours ). Il peuvent être purement utilitaires, ou être plus orientés "loisirs" ( ex : partenaires pour jeux de cartes...). Bref, à chacun de voir...

Les échanges effectués au sein du S.E.L ne sont pas "professionnels". Le niveau d'exigence n'est pas du tout le même. Cela permet à chacun de proposer des tas de compétences, même s'il ne les maîtrise pas à 100 %. Il suffit de prévenir la personne qui demande le service, elle restera libre d'accepter ou non l'échange.

Il y a des tas de choses simples que l'on peut proposer... il suffit d'y penser.

N'hésitez pas à mettre plusieurs offres et plusieurs demandes!!

Pour vous aider , réfléchissez en continuant ces phrases :

J’offre.....j’ai besoin de....... je voudrais....... j’aspire à....... je souhaite rencontrer....... j’aimerais découvrir......... je donne...... je recherche........ j’informe........ je voudrais...... apprendre,....... je troque....... je partage........ je rêve de......…

La réciprocité


Les unités d'échanges permettent à chacun de savoir s'il a plus "donné" ou "reçu". Pour cela, chaque adhérent a un compte en "peson", qui est remis avec 60 "pesons"à l'adhésion.

Ce compte est crédité chaque fois que l'on offre, débité chaque fois que l'on reçoit. Il y a donc environ une moitié d'adhérents avec un compte "peson"négatif, et l'autre moitié avec un compte en "peson" positif ( la somme de tous les comptes est nulle ).

Dans un S.E.L, il n'y a aucun inconvénient à être débiteur. Des comptes négatifs sont même indispensables dans notre fonctionnement. Pour éviter que l'on ne fasse que donner ou que recevoir, les comptes doivent rester dans une limite fixée à ± 1 000 "pesons". Cette fourchette assez large permet de "temporiser" avec la réciprocité : recevoir beaucoup pendant une période où l'on aurait un besoin particulier, et donner beaucoup lorsque l'on a plus de disponibilités.

L'association tient à jour les comptes de chacun.

Après un échange, les deux adhérents remplissent un bon dans leur carnets d'échanges. Ce bon est en trois talons : un talon pour chacun des deux adhérents, et un talon qui sera donné aux personnes qui effectuent la saisie informatique. Le montant du compte d'un adhérent est indiqué, donc est connu de tous les autres adhérents. Ce principe de transparence permet d'éviter toute dérive et de favoriser la réciprocité. Par exemple, on n'effectuera pas un échange qui ferait sortir l'un des adhérent de la fourchette des ± 1000 "peson". On peut éventuellement ( quand on a le choix, et si on en a envie !.. ) privilégier des échanges qui diminuent les écarts entre les comptes.

Date de dernière mise à jour : 15/09/2016